Diese s’inscrit sur le thème A d’Equal pour « améliorer la qualité et l’efficacité des processus d’insertion professionnelle et de maintien dans l’emploi des publics les plus en difficulté sur le marché du travail, en utilisant les technologies de l’information et de la communication (TIC). »

Les organismes de formation et d’insertion qui ont créé Diese ont essayé d’innover dans leurs pratiques et de mettre en œuvre les TIC au service du développement personnel et professionnel de jeunes et de moins jeunes auvergnats. Après un temps d’expérimentation, il nous est apparu nécessaire, non seulement de diffuser les travaux réalisés mais surtout de continuer à les confronter à d’autres expériences, pour les situer dans l’action et dans une perspective d’évolution.

Mais, avant tout, n’est-il pas nécessaire de remettre en questionnement les principes qui sous-tendent l’action ? A commencer par la question de l’innovation ? Est-il (encore) possible d’innover dans nos pratiques d’insertion? Innove-t-on avec les TIC ? Peuvent-elles permettre d’améliorer les processus d’insertion ? Enfin, pour être plus concret, comment mettre en place une action de terrain ?

Ces Rencontres ont donc un triple objectif :

  • mettre en perspective l’évolution des pratiques d’insertion avec l’innovation et la modernisation ;
  • montrer, par des exemples, que les TIC peuvent contribuer au développement de la personne dans la société ;
  • faciliter l’action, ici et ailleurs.

Bertrand Schwartz[1] a accepté de venir soutenir notre réflexion et de partager son expérience au service de l’insertion. Il interviendra le matin sur l’innovation dans les pratiques d’insertion sociale. L’après-midi, si vous êtes professionnel(le) de l’insertion ou impliqué(e) dans le développement économique, vous pourrez le rencontrer, à condition de respecter la règle du jeu : c’est lui qui pose les questions.

Des professionnels qui ont développé une expertise à partir de leur action se mobilisent pour nous aider à atteindre ces trois objectifs. Avec Patrick Vandamme[2] nous verrons comment les TIC sont mises en œuvre par l’entreprise Triselec pour intégrer et former des personnes en situation difficile. Étienne Frommelt, président de l’association des accueillants familiaux[3], montrera comment les technologies peuvent être utilisées par un groupe pour se développer tout en améliorant le service rendu à chacun de ses membres. Avec Roger Bachelard de l’Association Française contre les Myopathies et Diane Kolin de l'association « Mobile en Ville[4] », nous prendrons conscience que les TIC peuvent faciliter la vie des personnes atteintes d’un handicap. Myriam Fatzaun, directrice d'une association au service de l'insertion des femmes[5], parlera des actions de sensibilisation menées auprès de femmes éloignées ou exclues du marché du travail. L’après-midi, après un exposé en session plénière, ils animeront cinq « Kiosques découverte ». Les kiosques permettront de mettre en résonance d’autres expériences, notamment les résultats de Diese, mais aussi les vôtres. Vous pourrez ainsi, dans une relation de proximité échanger sur un mode direct et poser des questions très pratiques pour envisager des applications dans votre propre contexte d’action.

Dans un « kiosque Débat » nous parlerons d'une nouvelle fracture qui sépare formateurs et bénéficiaires d'actions d'insertion : entre technophobie et technophilie comment faire avancer le débat, animé par Jérôme Combaz du Greta du Velay.

Alexis Braud, président de la coopérative Ouvaton[6] et directeur du centre social de la Chartre-sur-le-Loir, promoteur de nombreuses actions d’insertion intégrant les TIC, animera un kiosque particulier : le « Kiosque Conseil ». Si vous avez un projet ou une idée de projet, il vous permettra de le confronter à d’autres actions et il essaiera de vous apporter des éléments pour la réalisation.

Philippe Cazeneuve[7], participant modèle, visitera les différents kiosques et nous proposera une synthèse de sa journée. Ce Point de vue d'un participant sera suivi par la conclusion de Bertrand Schwartz.



Notes

[1] Auteur de Moderniser sans exclure (La Découverte, Paris, 1994) et fondateur de l'association éponyme, Bertrand Schwartz est membre honoraire du Conseil Économique et Social, ancien Délégué Interministériel à l'Insertion Professionnelle et Sociale des Jeunes en difficulté, titulaire du Prix international d'Éducation Grawemayer.

[2] Patrick Vandamme est directeur des ressources humaines de l’entreprise TRISELEC Lille (http://www.triselec.com) et président de l’association d’entreprises Val de Lys Entreprendre (http://www.val-de-lys-entreprises.org).

[3] Famidac a pour but de favoriser le développement de toutes formes d'accueils familiaux. "Coincés" à domicile par leur activité, les accueillants familiaux d'adultes handicapés et de personnes âgées communiquent et débattent avec leurs partenaires grâce à un site interactif. Parents, travailleurs sociaux, médecins, agents de la fonction publique territoriale, responsables d’établissements, élus, etc, additionnent désormais leurs énergies pour faire évoluer cette profession. Petite association départementale, elle est devenue en quelques années un groupe de pression national, régulièrement consulté par le gouvernement et les médias. Le site http://www.famidac.net fédère et reçoit en moyenne 1.500 visiteurs/jour.

[4] http://www.mobile-en-ville.asso.fr, « Favoriser l'accessibilité des villes aux Roulettes... »

[5] SOFFT, Belgique, partenaire du réseau ADA – Femmes et nouvelles technologies

[6] http://ouvaton.org, coopérative d'hébergement numérique.

[7] Philippe Cazeneuve anime une collection de « Cahiers de partage d’expériences », guides pédagogiques sur le thème de l’accessibilité pour tous aux TIC. Il est co-fondateur et vice-président de CRéATIF.